visuel versailles

BUDDLEIA ! (cri de guerre)

proposition #2 du collectif OPAAO, OnePlaceAfterAnotherOne
dans le jardin partagé ECObox
Impasse de la Chapelle, Paris 75018, Google Map, Métro Marx Dormoy ou La Chapelle 
 
samedi 28 septembre à 16h
 

MELANIE BLAISON http://www.melanieblaison.com/
VINCENT BONNEFILLE http://demain-comme-jamais.toile-libre.org/
MARC YUCHIEH CHAN http://www.marcujchan.com/
MATHILDE CHÉNIN http://mathilde.chenin.free.fr/
ESMERALDA DA COSTA
FLORIANE CARLIER http://florianecarlier.wordpress.com/
FRANCE GAYRAUD
NICOLAS GIMBERT http://nicolasgimbert.fr/
HUGO KOSTRZEWA http://www.hugoko.com/
SHAKE http://shakeorangebud.net/
BLEUÈNE MADELAINE http://www.rougeaniline.wordpress.com/
CHARLES MOUNIOS
ADELINE PARROT www.adelineparrot.com
ANNA PRINCIPAUD http://les-transparents.tumblr.com/
THOMAS SINDICAS
CLIO SIMON http://cliosimo8.wix.com/cliosimon
DEXI TIAN http://dexitian.net/
GEOFFROY TOBÉ http://www.geoffroytobe.com/
ANNA-LENA TSUTSUI http://www.annalenatsutsui.net/
JIYEUN YANG http://yangjiyeun.tumblr.com/
LE ZHENG

 

Programme de performance et projection
 
18h15  Bleuène Madelaine
19h00  Mathilde Chénin 
19h30  Marc Yuchieh Chan 
19h50  Hugo Jostrzewa + Christophe Atabekian
20h15  Clio Simon
20h20  Floriane Carlier
21h00  Vincent Bonnef + Nicolas Gimbert + Charles Mounios 
 

BUDDLEIA ! (cri de guerre)

Les jardins partagés accompagnent les pratiques contemporaines de transformation de l’espace urbain. Tels des tags légumiers arrachés au bitume, ils s’immiscent entre deux voies ferrées, prennent parfois racine sur ce qui fut un parking, investissent une platebande abandonnée, s’essaiment le long d’un boulevard. Aux dires de celles et ceux qui les fréquentent ou n’y font que passer, ils offrent, face au flux incessant de la cité interconnectée, un moment de respiration, une possibilité de ralentir le pas, celle d’expérimenter d’autres temporalités ou de retrouver des gestes qui semblaient disparus. 

Mais que l’on ne s’y méprenne pas, aucune nostalgie n’anime ces lieux, qui ne sauraient être d’ailleurs que de simples parenthèses au sein de l’urbanité moderne. Ces espaces sont au contraire au travail. Et c’est bien au cœur du partagé qu’ils proposent, que se construisent et s’essaient aujourd’hui de nouvelles articulations entre individu et collectif, que se pose la question de comment continuer à travailler et vivre ensemble, et que s’envisagent, non pas en théorie, mais bien en pratique, de possibles stratagèmes et autant d’arts de vivre et de faire au quotidien.

Au bout des ruelles, ouvrant les impasses, les collectifs persistent. Et à l’image des Buddleia davidii, ces “arbres aux papillons” un jour venus d’ailleurs et qui envahissent aujourd’hui les friches, ils s’infiltrent et s’enracinent là, en se riant du goudron.

Pour sa deuxième proposition in situ, le collectif OPAAO invite 21 artistes a investir le jardin Ecobox le temps d’une après-midi pour une exposition partagée. Installations, performances et projections rythmeront ce temps passé au jardin.

 

ECObox           http://jardinons-ensemble.org/spip.php?article211 

Créé en 2001, à l’initiative du collectif AAA (Ateliers d’Architecture Autogérée), le jardin ECObox a parcouru le quartier de la Chapelle avant de poser ses pots de fleurs, ses palettes et s’enraciner à une dalle de béton, le long de la voie de chemins de fer menant à la Gare du Nord.

En effet, après la halle Pajol, puis une année sans jardin, c’est au printemps 2009, au dessus d’un parking, que l’association Ecobox (constituée en 2005) a déployé ses palettes et aménagé son jardin de récup.

Ce jardin étonne, émerveille par ses couleurs, l’investissement de l’espace qui y est réalisé : on y jardine dans des bacs, sur des palettes, mais aussi dans des théières, des chaussures, de nombreux contenants récupérés ici et là ! On y transforme des tuyaux métalliques en tour à fraisiers, on y aménage de nombreux espaces conviviaux, une scène y accueille de nombreux concerts et quelques poules et abeilles y ont élu domiciles !

Enfin, le jardin est lieu de distribution pour l’amap “Les Paniers Pajol”, accueille les ateliers d’écologie pratiques initiés par Mishelu et contribue à l’organisation d’évènements en lien avec les villes et les quartiers en transition.

 
Advertisements
expo loft wp 03
.
VINCENT CERAUDO http://vincentceraudo.com/
MARC YUCHIEH CHAN http://www.marcujchan.com/
LORRAINE CHÂTEAUX
ESMERALDA DA COSTA
FRANCE GAYRAUD
NICOLAS GIMBERT http://nicolasgimbert.fr
CHARLOTTE HUBERT
LAURENT ISNARD 
http://laurentisnard.com/
SUNG JAE REVO KIM http://revocine.com
AURORE LE DUC
DAMIEN LEVY
VIOLAINE LOCHU
HONGSUN MIN http://minhongsun.net/
JULIE RENAULT
EDOUARD SUFRIN
 http://edouardsufrin.com/
CLIO SIMON http://cliosimo8.wix.com/cliosimon 
DEXI TIAN
HSINLI WANG http://www.hsinliwang.com/
.
.
A LOUER Proposition #1 dans un loft
Expo in situ dans une ancienne usine en banlieue parisienne aujourd’hui lieu de vie partagé entre colocataires
22 Février 18h-minuit  Opening + Performance + DJ set
23, 24 Février 14-18h
Google Map
 
 
.

PROGRAMME DE PERFORMANCE, 22 Février 

.

Toute la soirée
AURORE LE DUC, Domestic Dancer
« J’ai comme tout le monde mes petits plaisirs coupables. Mon préféré, c’est danser lorsque je suis seule à la maison. J’adore « me la donner grave » sur Beyoncé en faisant la vaisselle, me prendre pour Tony Manero en me séchant les cheveux. C’est un acte de libérté. Je m’oublie alors, un peu comme Napoléon Dynamite sur scène devant ses camarades dubitatifs .
Mais là mon public est imaginaire. Je fantasme alors une toute puissance de mon corps. Il devient magnifique, objet de tous les regards. Bien évidemment, en faisant ça, je ne suis plus vraiment moi-même. C’est toute une mythologie qui m’habite, celle du home alone dancer. Je suis tour à tour Tom Cruise dans « Risky Buisness », Mia Wallace dans « Pulp Fiction », Carlton Banks dans le « Prince de Bel Air »…. et bien d’autres encore . »

.

19h30
JULIE RENAULT, C’est là que le célèbre Cartouche fut arête, 20 mins
avec Charlène Barette, Marion Desangle et Juliette Massip
Cartouche est devenu un héros populaire, un être de légende.Plus précisément, un anti héros critique, un personnage d’origine modeste qui par son refus libertaire de l’autorité incarne la revanche des humbles sur les puissants. Il échappe à la réalité de son temps et vit dans la légende. Les mémorialistes relatent ses méfaits, tels qu’ils les ont perçus, par les rumeurs qui couraient et emmêlaient déjà personne réelle et personnage
.
La performance « C’est là que le célèbre Cartouche fut arrêté » revient sur l’arrestation de ce personnage qui aurait eu lieu à l’angle de la rue de la Saint Maur et de la rue Oberkampf. Les acteurs/performers arpentent la mémoire de l’évènement, en partageant tour à tour des bribes de récits, dans un enchevêtrement de temps et de discours, s’annulant, se juxtaposant, oscillant entre le passé et la fiction. Le récit se développe, avance à chaque passage des intervenants, invitant à la rêverie sur quelques traces d’un événement effilé et passé sous silence.”

.

20h10
VIOLAINE LOCHU, Chaque chose à sa place, Performance vocale, 5 – 10 mins
Dans une maison chaque chose a une place selon sa fonction, un rangement logique et rationnel. Ainsi l’eau s’écoule dans l’évier, l’oreiller repose sur le lit, la javelle est au dessus de la chasse d’eau dans les wc etc… Lorsque j’énonce, le langage donne à imaginer la situation, il décrit, et stimule l’espace. Si j’intervertis les mots dans ma phrase, j’ai un impact sur la réalité présumée. Je crée une situation inconcevable sauf dans la dimension linguistique. Ainsi Chaque chose est à sa place est une performance qui vient désordonner l’espace de la maison en intervenant dans le tissu significatif de sa description. En outre, l’organisation du « chez soi » est révélatrice de la manière d’être de la personne qui l’habite. Ainsi déstructurer l’espace intérieur par le langage c’est venir semer le trouble non seulement dans la maison mais aussi chez son habitant. Chaque chose à sa place se fera donc l’écho d’un effort à tenir en place ; à ne pas se laisser dépasser par l’espace domestique, d’une peur d’un débordement qui nous habite tous.

.

20h50
SUNG JAE REVO KIM, LOV E minor, performance-danse, 30 mins
Performeuse Jiyoung KIM, Chorégraphie Yun Seon HONG, Mise-en-scène RĒVO
C’est une histoire d’amour d’un pianiste qui raconte son amour inachevé et inoubliable dans sa vie à travers les morceaux de musique classique autour de la tonalité de E minor (Mi mineur). Chagrin, haine, regret, nostalgie et amour. Du coup, son amour apparaît et danse dans sa maison où leur émotion est empreinte…

.

21h30
MARC YUCHIEH CHAN, Défilée des idées, 15 mins
Une performance entre une défilé de mode, un carnaval, une parade et une manifestation dans la rue. Elle remet en scène dans un espace domestique un corps collectif qui annonce sa solidarité fondée sur les idées qui s’extériorisent par le biais du geste.

.

22h10
HUGO DE OLIVEIRA et EDOUARD SUFRIN, Quand on dance, on pense, performance sonore avec vidéo projection, 1h00 – 2h00
Inspiré par la phrase de Montestquieu ” quand je danse, je danse” ce mix de musique sera agrémenté de vidéos et de paroles de philosophes afin de proposer une reflexion autour de la société du spectacle.

salon ensemble_01

vincent_01

lorraine

laurent

ARGENT3 ps

ARGENT

SILENCE

PRENEZ SOINS DE VOUS

PRENEZ SOINS DE VOUS2

PRENEZ SOINS DE VOUS3

IMG_9862_01

france

charlotte_01

vu d_installation_01

G M

Par hasard- Saviez vous?_01

 

Concept de OPAAO, One Place After Another One

ARTISTE RUN SPACE WITHOUT SPACE + EVENT, EXHIBITION IN SITU
Plateforme de rappel aux projets d’exposition entre jeunes artistes

Tous les artistes peuvent proposer un lieu, un espace et une idée pour faire une expo et appeler à la participation
Personne n’est obligé de participer à chaque expo

LETS HAVE SOME PARTY, SHALL WE?